#davidmagnou #portrait

Photographie © Quentin Ménard.

J’ai grandi dans les forêts Haut-Marnaise, à observer la nature, à construire des cabanes ….

 

Ces explorations menées de l'enfance à l'adolescence et la formation de menuisier, suivie entre 2000 et 2004, sont sûrement aux origines de la majorité de mes recherches et de mes projets.

 

J’ai franchi une autre étape en intégrant l’École Nationale Supérieure d’Arts de Bourges dont je suis sorti diplômé en 2012. C’est au cours de ces 5 années d’acquisition de connaissances, d’échanges et de recherches que mon travail s’est naturellement orienté vers des questionnements liés à l’habitat.

 

Ma démarche plastique interroge les territoires, les traces que l’Homme laisse sur son environnement et l’obsolescence inéluctable de l’habitat humain.

 

Lors d’une occasion d’exposition ou t’intervention, je vais privilégier le travail in situ et je conçois généralement mes pièces en fonction des endroits dans lesquels je me trouve, par rapport à leur histoire, leur situation géographique, et je travaille en m’appropriant des esthétiques puisées dans l’histoire de l’Art.

 

En utilisant des codes ancrés dans la mémoire collective, je peux questionner les regards de différents publics. À l’image de mon travail qui imbrique l’art et la vie, je tente de rendre visibles les processus de création en partageant la construction dans une dynamique collective et participative du spectateur.

 

Les médiums que j’utilise pour la réalisation de mes pièces sont variés, du dessin à la sculpture, de la performance à la photographie, en passant par le son et la vidéo.

 

Les questions que je me pose sont très nombreuses, mais celle de la pérennité de l’architecture est très présente. Il est une phrase de l’ingénieur et architecte Hans-Walter Müller que j’aime citer pour illustrer mon travail qui explore cette question : 

 

« L’homme est éphémère. Sa vie est éphémère, ce qu’il fait doit-il durer ? L’architecture est le lien de sa vie, L’architecture doit mourir avec son utilisateur… ».

 

Extrait de Neuf (revue d’architecture), 1970


 

© David Supper-Magnou - Tous droits réservés.