La pierre philosophale, 2010

 

Une pierre extraite d'un mur de pierre sèche (maison en ruine) est "plantée" dans l'assise d'une chaise en bois qui est accrochée au mur à plus de 4 mètres du sol. Une vieille échelle en bois de 4,50 mètres de hauteur est positionnée à coté d’elle ; elle symbolise l’accès à la notoriété (sorte d’échelle sociale).

 

Cette installation est un pied de nez à l'oeuvre de Joseph Kosuth, One and Three Chairs (Une et trois chaises) de1965.

 

Elle est en résonance avec les oeuvres Climbing hold setBloc erratiqueImport / Export de 2016 et Parpaing de 15 de 2012 qui posent les questions sur la possibilité de la transmutation des matériaux.

D'après Louis Figuier, les alchimistes attribuaient à la pierre philosophale trois propriétés essentielles, dont celle de changer les métaux vils en métaux précieux, comme l'argent (argyropée) ou l'or (chrysopée). 


 

© David Supper-Magnou - Tous droits réservés.