Communiqué de presse


 

Pelouse interdite

Camille Cathudal & David Supper-Magnou

 

LATRANSVERSALE, galerie du lycée Alain-Fournier, Bourges

sur une invitation d'Emmanuel Ygouf

dans le cadre du cycle d'expositions L'inquiétante enfanceté

 

LATRANSVERSALE, espace d'exposition et de rencontre du lycée Alain-Fournier de Bourges, accueille l'exposition de Camille Cathudal & David Supper-MagnouPelouse interdite, sur une proposition d'Emmanuel Ygouf.

Du 25 septembre au 21 novembre 2019.

Vernissage mardi 24 septembre à 18h.

 

LATRANSVERSALE / Lycée Alain-Fournier / 50, rue Stéphane Mallarmé – 18028 BOURGES.

Ouvert du lundi au vendredi de 8h à 18h sur rendez-vous.

contact.latransversale@gmail.com

 

Camille Cathudal / camillecathudal.com

David Supper Magnou / davidmagnou.fr

 

    Troisième exposition du cycle de L'inquiétante enfanceté1 à la Transversale, Pelouse interdite de Camille Cathudal et David Supper-Magnou (du 25 septembre au 21 novembre 2019) prolonge ce regard porté par les artistes sur les puissantes ambivalences de la perception du monde de l'enfance par les adultes.

 

Imaginée comme une expérience initiatique, ouverte et ludique, cette exposition aborde l'enfance non comme un thème ou un sujet d'étude à déconstruire, mais comme un espace de projection des archétypes généralement associés aux imaginaires de l'enfance et confrontés aux représentations et codifications dominantes de la société des adultes, que Camille Cathudal et David Supper-Magnou nous invitent donc à traverser.

 

Avec Pelouse interdite, l'exploration du temps de l'enfance et de l'innocence est l'occasion de mettre en scène des représentations ludiques et transgressives vis-à-vis des principes de réalité, injonctions et oppressions qui encadrent et jugulent le développement des possibles, la réalisation des rêves, comme la construction des individus, des identités et des genres, dans un territoire clos où les imaginaires, les désirs, les pulsions, autant que les hontes et les peurs, sont expulsés.

Le théâtre de l'enfance est présenté ici comme une salle de jeux : l'endroit idéal pour interroger les impossibilités physiques et matérielles, les déterminations sexuelles, les normes et les codes — et leur transgression. L'exposition orchestre donc ces rapports de forces — bien qu'aucune figure de l'autorité n'y soit représentée — dans le contre- espace2 imaginatif de l'enfance.

 

Il s'agit alors, pour le spectateur, de retrouver la situation d'étrangeté éprouvée, enfant, face au langage de l'injonction, du plausible ou, au contraire, de l'interdit. La façon dont la découverte qu'il fait du monde à travers le jeu et l'imaginaire achoppe, non face à une impossibilité, mais à une incompréhension et à un refus d'une vision inhibée de l'âge adulte.

_______________________________________________________

 

1. après Tatacombe de Marie Hendriks (05 décembre 2018 - 25 janvier 2019) qui convoquait à travers une scénographie narrative et une forte dramaturgie de l'exposition, la mémoire, le regard fantasmé et les angoisses enfantines sur la vieillesse et la mort, et In honored Dust de Delphine Vaute (06 mars - 05 avril 2019), qui transcrit dans son œuvre graphique et picturale la puissance émotionnelle et l'évocation féérique de l'enfance autour des représentations de corps indéfinis confrontés à celui de l'animalité, de leur potentiel de transformation et d'hybridation, comme du régime obscur de l'imaginaire et de la face sombre et parfois cruelle qui animent aussi l'enfance.

 

2. Il y a les régions de passage, les rues, les trains, les métros ; il y a les régions ouvertes de la halte transitoire, les cafés, les cinémas, les plages, les hôtels, et puis il y a les régions fermées du repos et du chez-soi. Or, parmi tous ces lieux qui se distinguent les uns des autres, il y en a qui sont absolument différents : des lieux qui s'opposent à tous les autres, qui sont destinés en quelque sorte à les effacer, à les neutraliser ou à les purifier. Ce sont en quelque sorte des contre-espaces. Ces contre-espaces, ces utopies localisées, les enfants les connaissent parfaitement. Bien sûr, c'est le fond du jardin, bien sûr, c'est le grenier, ou mieux encore la tente d'Indiens dressée au milieu du grenier, ou encore, c'est — le jeudi après-midi — le grand lit des parents. C'est sur ce grand lit qu'un découvre l'océan, puisqu'on peut y nager entre les couvertures ; et puis ce grand lit, c'est aussi le ciel, puisqu'on peut rebondir sur les ressorts ; c'est la forêt, puisqu'on s'y cache ; c'est la nuit, puisqu'on y devient fantôme entre les draps ; c'est le plaisir, enfin, puisque, à la rentrée des parents, on va être puni.

Michel Foucault, Les Hétérotopies, France-Culture, 07 décembre 1966

Camille Cathudal - Le parasol, 2019
Camille Cathudal - Le parasol, 2019

Ci-dessus :

Camille Cathudal

Le parasol2019

Graphite sur papier.

42 cm x 29,7 cm

    Construire, déconstruire et reconstruire le souvenir d’enfance d’après un flash, une réminiscence. C’est quelque chose de flou, là, dans la tête, quelque chose qui reste, se matérialise dans un espace temps différent.

Où est l’enfant qu’il reste de nous ? Qui est-il ? Que reste-t-il de l’enfance ? Joies, craintes, secrets, silence, interdits, gestes... Ce qui demeure, pour autant qu’il nous est familier peut, en dehors de son contexte, nous sembler étrange, nous être étranger.

Le jeu est un élément récurent. Dangereux ou inoffensif, la distraction pour couper l’ennui et la mélancolie de l’enfant qui attend que sa vie commence.

En s’inspirant de souvenirs d’enfance, nous nous sommes replongés dans le quotidien qui nous berçait avec le regard des adultes que nous sommes devenus. Souvenirs noirs, inquiétants, imaginés, la frontière est mince entre la réalité des événements vécus et ce qu’il en demeure dans nos mémoires. Parfois entièrement reconstituée d’après une photo, le souvenir peut nous faire basculer dans une autofiction. Inspirées de faits réels, de nouvelles narrations s’écrivent.

À partir d’images empruntées aussi bien à des faits divers qu’à des photos de famille, l’ensemble des dessins tracent de nouvelles perspectives de lecture.

 

Camille Cathudal et David Supper-Magnou

 

© David Supper-Magnou - Tous droits réservés.