Composite

 

Exposition du 13 janvier au 14 février 2018, Galerie Marcel Duchamp de l'École Municipale des Beaux-Arts de Châteauroux.

 

    David Magnou manifeste très tôt un intérêt pour le bois et s'oriente dans un premier temps vers un parcours professionnel de menuiserie. Il intègre ensuite l'école des Beaux- Arts de Bourges où il obtient son diplôme en 2012, pour mettre ce savoir-faire technique au service d'une démarche artistique, qui interroge notre rapport à l'environnement naturel. Ainsi, pour la biennale de Saint-Flour en 2016, il réalise un abri en bois au sommet d'une colline, autant pour offrir un point de vue sur l'environnement, que pour questionner au sein d'une œuvre interactive avec le public, l'usage que nous en faisons.

 

    Invité en résidence par l'EMBAC, il présente aujourd'hui dans la galerie de l'école une exposition intitulée composite, où l'on retrouve le thème de l'habitat précaire avec l'installation « Wood cube », située non plus dans un milieu naturel mais dans un environnement graphique.

Le « Wood cube » fonctionne comme l'envers du « White cube ». Il révèle l'univers de l'artiste, ses carnets de croquis et recherches en jouant le rôle intimiste du cabinet de dessin. Tandis que les dessins répartis autour du « Wood cube » offrent une perspective au regard qui ouvre sur un espace composite. Il s'organise autour de séquences visuelles croquées sur le vif, prélevées dans des documentaires et autres références multiples, pour créer un effet de migration entre les formes.

 

    Le dessin est un espace de représentation qui permet à l'artiste d'habiter le monde. Il lui ouvre un espace de projection pour créer des objets qui seront d'abord imaginés avant d'être réalisés en trois dimensions. De même que dans un mouvement d'intériorisation il se réapproprie ces mêmes éléments une fois réalisés pour les transposer dans d'autres dessins avec d'autres objets. Un peu comme si le dessin devenait lui-même un espace à habiter.

 

    La notion de lieu habité se manifeste dans le dessin « Fragment». L'artiste représente un carottage de l'école (extraction d'un fragment d'architecture) dans lequel il glisse des références propres à son histoire, dont des œuvres de Marcel-Duchamp « Fontaine » et « La roue de bicyclette », comme si elles étaient imbriquées au bâti.

 

    Cette traversée dans l'univers graphique de l'artiste exprime son intérêt pour les formes de vies où se manifestent les échanges et la transmission de savoir entre les humains.

 

      Nathalie Sécardin, Directrice de l'École Municipale des Beaux-Arts de Châteauroux.

 

 

© David Supper-Magnou - Tous droits réservés.